Nos archives

 

Les conférences

 

Samedi 14 mai 2022 : Autour du peintre Joseph-Félix Bouchor : l’homme, les idées et l’art de son époque
 
Devant une trentaine de personnes, Cécile Maillard-Pétigny, directrice des musées de Noyon a évoqué par les textes et les images les rapports qu’entretint le peintre Joseph-Félix Bouchor (1853-1937) avec les courants artistiques et intellectuels de son temps.

 

L'assemblée générale de la société était organisée, après la communication sous la présidence de Jean-Yves Bonnard, en présence de plus de 30 personnes présentes et de nombreux pouvoirs.

Le rapport financier présenté confirme de bonnes finances grâce à la reprise des adhésions après une sitaution sanitaire complexe, aux ventes des publications, des dépenses réduites et une subvention annuelle de la ville de Noyon. Les deux rapports ont été adoptés à l'unanimité. Le Conseil d'administration a été reconduit avec un nouveau administrateur: Calixte Madej.
 
Samedi 26 mars 2022 : Jeanne d'Arc. Héroïne diffamée et martyre
 
Ce samedi 26 mars 2022, la Société historique de Noyon recevait Claude Gauvard, professeure émérite d'Histoire du Moyen Âge de l'université Paris1 Panthéon-Sorbonne pour une communication sur Jeanne d'Arc à l'occasion de la publication de son ouvrage Jeanne d'Arc. Héroïne diffamée et martyre (Gallimard, 2022).
 
Après un rappel du contexte historique, Claude Gauvard, s'est attachée à développer, devant plus de 60 personnes, le procès de condamnation, véritable tribunal d'inquisition pour déshonorer la Pucelle. Les juges font d'elle une "putain ribaude" et une sorcière, comme l'explique la conférencière. Pourtant, le courage de Jeanne d'Arc et son supplice n'ont pas suffi à lui attirer la reconnaissance du roi. La réhabilitation par Charles VII fut le dernier point de sa communication.
 
La séance s'est clôturée avec une séance de dédicaces, organisée en partenariat avec la librairie Dallongeville Gerboux
 
Samedi 19 mars 2022 : Bilan annuel du Service département d’archéologie de l’Oise
 
Ce samedi 19 mars, le Service départemental d’archéologie de l’Oise proposait en partenariat avec la Société historique de Noyon un bilan des nombreuses opérations réalisées dans le Noyonnais.
 
Devant une assistance nombreuse, les archéologues et responsables d’opérations ont présenté les résultats des diagnostics réalisés dans le cadre du canal Seine Nord Europe ou encore des travaux routiers.
 

 

Samedi 13 novembre 2021 : Que reste-t-il de la République Démocratique Allemande (RDA) ? Sur les traces d'un pays disparu

 

Conférence par Nicolas Offenstadt, maître de conférences habilité à diriger des recherches à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

 

Devant une assistance, de près de 70 personnes, Nicolas Offenstadt a d'abord présenté sa démarche : l’exploration urbaine.
 
Après avoir recherché quels endroits pouvaient être les plus intéressants, il s'y rend, prélève quelques échantillons de documents, puis compare le résultat de ses trouvailles avec ce que peuvent donner des archives officielles (par exemple des photos des lieux à l'époque de leur splendeur). Ces dernières pérégrinations montrent, d’ailleurs, que des bâtiments sur lesquels il avait travaillé ont été purement et simplement rasés avec tout leur contenu.
 
Ce travail de recherches lui permet véritablement de mesurer les effets économiques et sociaux de la réunification allemande. La liquidation de 10 000 entreprises communistes par la Treuhand s'est faite dans la précipitation pour des raisons idéologiques et dans l'affairisme le plus débridé pour les aspects pratiques. On mesure mal le choc qu'a pu représenter pour une population de 16 millions d'habitants la perte de 2,5 millions d'emplois en quatre ans. Deux tiers des gens ont dû changer d'emploi dans ces mêmes quatre ans. L'immobilier a souvent été racheté par des Allemands de l'Ouest, seuls à avoir les capitaux nécessaires aux opérations de réhabilitation. Avec en plus le changement de nom des rues, ou encore le déplacement de nombre de statues, c'est tout un cadre de vie dans lequel des millions de gens avaient vécu qui s'est retrouvé dévalorisé quand il n'était pas détruit.
A côté de quelques nostalgiques, le résultat essentiel est un trouble de l'identité qu'aucune parole officielle n'a jamais assumé. Beaucoup de petits musées ont ouvert sur la vie en RDA, mais ils sont le fait d'initiatives privées. La traduction en est aujourd'hui politique avec le parti d'extrême-droite qui surfe sur cette identité bafouée, avec des slogans lourds de sens, comme "Nous sommes le peuple" ou "L'Est se lève".
Les questions avec la salle ont été l'occasion de préciser ou de compléter certains points.
La séance s'est clôturée avec une séance de dédicaces, organisée en partenariat avec la librairie Dallongeville Gerboux.

Vendredi 22 et samedi 23 octobre 2021 : Colloque : Les années 20 dans l'Oise

 

Le colloque des sociétés historiques de l’Oise, organisé à Crépy-en-Valois, se proposait de réfléchir sur les années 1920 dans l’Oise, depuis la fin de la Grande Guerre jusqu’au début des années trente marquées par l’entrée dans la crise économique.

 

 

Samedi 5 juin 2021 : Soie et pneus : hauts et bas de l’usine de Clairoix (1926-2016)

 

Conférence illustrée par Rémi Duvert, historien amateur et membre fondateur de l'association « Art, Histoire et Patrimoine de Clairoix ».

 

Devant une vingtaine de personnes, selon la jauge demandée, Rémi Duvert, a présenté l’histoire de l’usine de Clairoix : une éphémère filature de soie, transformée en une manufacture de pneus Englebert, puis Uniroyal, puis Continental.

 

 

Samedi 7 décembre 2019 : L'anatomie sans les arts? Le corps en images à l'époque moderne (XVIIe - XVIIIe siècles)

 

Conférence illustrée par Céline Cherici, maître de conférences en histoire des sciences et Jean-Claude Dupont, professeur des Universités à l’Université de Picardie Jules Verne.

 

A partir du XVIIe siècle, l'anatomie se détache de la pratique artistique pour s'affirmer comme un savoir biologique à part entière qui vient appuyer la physiologie, l'histoire naturelle ou encore la médecine.

 

 

Samedi 30 novembre 2019 : Les mariniers et les liaisons Nord-Région parisienne au cœur de l'économie des transports 

 

Conférence par Bernard Le Sueur, professeur-formateur honoraire à l'Université de Cergy-Pontoise

 

De 1850 à 1950, les mariniers du Nord vont transporter des milliards de tonnes de charbon et de matériaux de construction vers la capitale. Ils permettront ainsi à la région parisienne de devenir un pôle industriel majeur, au point qu'un géographe, Jean-François Gravier, dénoncera en 1947, ce « Paris et le désert français ».

 

 

Fabrice Reutenauer, responsable du Service archéologique de la Ville de Noyon et Cyril Meunier, archéologue au service départemental d’archéologie de l'Oise

Samedi 15 juin 2019 : Les découvertes archéologiques récentes dans le nord-est de l’Oise

 

A l’occasion des Journées nationales de l’archéologie, Samuel Guérin, archéologue à l’INRAP, Hélène Dulauroy-Lynch, chef du Service départemental d’archéologie de l'Oise, Cyril Meunier, archéologue au service départemental d’archéologie de l'Oise et Fabrice Reutenauer, responsable du Service archéologique de la Ville de Noyon, ont présenté les résultats des dernières opérations réalisées à Compiègne, Ribécourt et Noyon.

 

Olivier Wieviorka, professeur à l’Ecole normale supérieure de Cachan

Samedi 30 mars 2019 : Histoire de la Résistance occidentale

 

Conférence par Olivier Wieviorka, professeur à l’Ecole normale supérieure de Cachan et historien reconnu de la Résistance et de la Seconde Guerre mondiale, auxquelles il a consacré plusieurs livres, dont une Histoire du Débarquement en Normandie qui fait autorité et une Histoire de la résistance acclamée par la critique, primée par l’Académie française et plébiscitée par le public. Il a également codirigé Les Mythes de la Seconde Guerre mondiale. Son dernier livre s’intitule Une Histoire de la Résistance en Europe occidentale.

 

La Résistance en Europe de l’ouest a fréquemment été considérée comme un phénomène national et autochtone, ce qu’elle a assurément été : les résistants ont d’abord et avant tout combattu pour libérer leur pays de l’occupant allemand, et ce, dans un cadre national. Mais cette vision omet le rôle important que la Grande-Bretagne d’abord, puis les Etats-Unis, ont joué pour épauler les partisans. Définition d’une stratégie, imposition d’un modèle organisationnel unique, légitimation – ou non – des pouvoirs en exil…, autant d’éléments sur lesquels les Anglo-Américains ont pesé - parfois très lourdement.

La conférence reviendra sur la pluralité de ces aspects d’autant plus méconnus que les pouvoirs, à la Libération, se sont empressés d’oublier le rôle, pourtant décisif, joué par les Alliés.

Frédéric Gondron, président de l'association « Picardie 1939 - 1945 »

Samedi 8 décembre 2018 : Le rôle de l'Oise dans le débarquement du 6 juin 1944, vu à travers le film « Le Jour le plus long »

 

Conférence illustrée par Frédéric Gondron, président de l'association « Picardie 1939 - 1945 »

 

Vous avez sans aucun doute vu ce film. Il raconte l'histoire d'un de ces jours qui ont fait basculer l'issue de la Seconde Guerre mondiale. Mais savez-vous, bien qu'éloigné de 250 kilomètres, que le département avait joué un rôle dans cet événement ?

Entre la réalité du terrain et les approximations du scénario du film, il est temps de découvrir ce qui a pu se passer dans l'Oise en juin 1944 et quelles ont été les structures en lien avec le débarquement.

Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, professeure d'histoire moderne à l'université de Picardie Jules-Verne

Samedi 24 novembre 2018 : Le Rose et le Bleu. La fabrique du féminin et du masculin, cinq siècles d’histoire

 

Conférence illustrée par Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, professeure d'histoire moderne à l'université de Picardie Jules Verne et auteure de nombreux ouvrages dont une Histoire des femmes à l’époque moderne, une Histoire de la sexualité à l'époque moderne et Le Rose et le Bleu. La fabrique du féminin et du masculin, cinq siècles d’histoire (Belin - 2016).

 

Rose pour les filles, bleu pour les garçons ? Il n'en a pas toujours été ainsi. Ce qui semble aujourd'hui une évidence est une habitude récente, comme bien d'autres signes associés au féminin et au masculin. La question du « genre », qui suscite des débats passionnés au sein de la société française, nous incite à regarder au plus près la construction des identités sexuées dans la longue durée. Cette interrogation est d'autant plus essentielle que les définitions de la masculinité et de la féminité ont longtemps servi à justifier la domination masculine.
L'histoire du corps et de ses représentations, des lois juridiques et sociales, de l'éducation, des règles de l'apparence et des enjeux de pouvoir entre sexes, laisse entrevoir, au fil du temps, les contours changeants, parfois surprenants, de ce qui fait de nous des hommes ou des femmes dans la société française.

Vendredi 2 et samedi 3 novembre 2018 : Colloque "1918, finir la guerre dans l'Oise"

 

Département libéré de l’occupation allemande à la suite du repli Alberich de mars 1917, l’Oise demeure dans la zone des armées en raison de sa proximité du front et de sa situation de carrefour fortement emprunté. Siège du Grand Quartier Général des armées françaises, Compiègne est un centre décisionnel soumis aux menaces des bombardements.

Avec l’offensive allemande du 21 mars 1918, l’Oise devient de nouveau un territoire de combat marqué par des batailles célèbres (Noyon les 24 et 25 mars, le Mont-Renaud du 25 mars au 30 avril, le Matz du 9 au 11 juin) particulières destructrices dans son quart nord-est et de violents bombardements aériens sur ses principaux centres urbains (Compiègne, le bassin creillois, Beauvais…) et ses voies de communication.

 

Le 2 septembre 1918, le département de l’Oise est libéré définitivement et connaît une célébrité internationale, le 11 novembre suivant, avec la signature de l’armistice en forêt de Compiègne.

 

Après avoir organisé un premier colloque à Senlis en 2014 sur le thème « 1914 , Entrer en guerre dans l’Oise » puis un deuxième colloque à Clermont en 2016 sur le thème « 1915-1917, l’Oise en guerre », le Collectif des sociétés historiques de l’Oise a organisé deux journées d’études autour de la thématique « 1918, finir la guerre dans l’Oise ».

 

Agnès Callu, chercheuse à l'Institut ACTE (Arts, Créations, Théories, Esthétiques), Université Paris I Panthéon-Sorbonne / CNRS.

Samedi 6 octobre 2018 : Mai 68 : une incise critique pour les historiens

 

Conférence par Agnès Callu, chercheuse à l'Institut ACTE (Arts, Créations, Théories, Esthétiques), Université Paris I Panthéon-Sorbonne / CNRS.

 

L'historienne Agnès Callu, à l'occasion de la nouvelle édition augmentée de son livre Le Mai 68 des historiens revient sur les effets et les métamorphoses des pratiques sociales, intellectuelles, politiques et culturelles d'une corporation, celles des historiens, au tournant des années 1960/1970.

 

 

 

Arnaud Timbert, professeur d'histoire de l'art médiéval à l'université de Picardie Jules Verne

Samedi 24 mars 2018 : Un autre regard sur l'architecte Eugène Viollet-le-Duc

 

Conférence illustrée par Arnaud Timbert, professeur d'histoire de l'art médiéval à l’université de Picardie Jules Verne. Il enseigne et dirige des recherches sur la construction gothique (XIIe-XIIIe s.) et la restauration monumentale (XIXe-XXe s.). Il est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages, dont le dernier, Viollet-le-Duc et Pierrefonds : Histoire d’un chantier (éd. des PUS - 2017), a été couronné par le Prix du Jury de la Fondation Napoléon.

 

Cette conférence s’est attaché à retracer le cheminement de l’architecte Eugène Viollet-le-Duc de Vézelay, son premier chantier (1840-1859), à Pierrefonds, sa dernière réalisation (1857-1879), dans la perspective de comprendre comment il conçut la réhabilitation du passé dans un présent dévoré par le dynamique du progrès, comment il projeta une vision pédagogique de l’histoire dans la restitution des monuments qu’il restaura ; et, enfin,  comment il ordonna et prit place dans des chantiers de restauration aux réalités sociales, juridiques et politiques particulières.

 

Hervé Leuwers, professeur d’histoire moderne à l'Université de Lille 3, ancien directeur des Annales historiques de la Révolution française

Samedi 9 décembre 2017 : Robespierre, l'homme derrière les légendes

 

Conférence illustrée par Hervé Leuwers, professeur d’histoire moderne à l'Université de Lille, ancien directeur des Annales historiques de la Révolution française. Il a récemment publié une biographie de Robespierre (Fayard, 2014 ; rééd. Pluriel, 2016).

 

Connaît-on vraiment Maximilien Robespierre ? Pour les uns, il est un « monstre » ; pour d'autres, un « homme-principe », dont les idées n'ont jamais varié. Où est le véritable Robespierre ?

C'est par un patient retour aux sources et des analyses s'appuyant sur les dernières avancées de la recherche, qu'Hervé Leuwers livre un autre portrait du conventionnel, loin des légendes qui assombrissent ou illuminent son image. Dépassant les polémiques, il propose un retour à l'homme aux différents âges de sa vie, de l'avocat à l'acteur-clé de la Terreur. Par-delà les mythes et les a priori, il s'agit de rendre à Robespierre sa complexité d'homme

Dominique Barthélemy, professeur d'histoire médiévale à l'Université de Paris-IV Sorbonne et directeur d'études à l'École Pratique des Hautes Études

Samedi 25 novembre 2017 : La réussite d'Hugues Capet (987-996)

 

Conférence illustrée par Dominique Barthélemy, professeur d'histoire médiévale à l'Université de Paris-IV Sorbonne et directeur d'études à l'École Pratique des Hautes Études. Il a publié une série d'études sur l'an mil et la France capétienne qui font référence depuis les années 1980, notamment La Chevalerie (Fayard, 2007), L’an mil et la paix de Dieu (Fayard, 1999) et La mutation de l’an mil a-t-elle eu lieu ? (Fayard, 1997). En 2012, il publie Une nouvelle Histoire des Capétiens (978-1214) , édité au Seuil.   

Michel Merckel, auteur de l'ouvrage 14-18, le sport sort des tranchées, Jean-Yves Bonnard, président de la Société historique de Noyon et Nina Pollard, Coordinatrice du Musée Territoire 14-18.

Samedi 7 octobre 2017 : 14-18 : le sport sort des tranchées !

 

Dans le cadre du programme  « 14-18 : Joue-la comme un poilu ! Le sport, un héritage inattendu de la Première Guerre mondiale », le Musée Territoire 14-18 et la Société historique recevaient Michel Merckel, auteur de l’ouvrage 14-18, le sport sort des tranchées ! (Le Pas d'oiseau, 2013).

 

Professeur émérite d'EPS et ancien international de judo, Michel Merckel a démontré que les soldats de la Première Guerre mondiale, broyés par le conflit, ont eu la volonté et la lucidité de chercher une lueur d’humanisme dans la pratique de certains sports (football, natation, boxe, athlétisme...). Cette modeste flamme est à l’origine de l’implantation démocratique et de la croissance importante du sport français qui, pratiqué d’une façon confidentielle avant 1914, devient dès la fin 1918 un phénomène de société.

Cette communication s'est terminée par la projection du documentaire « 14-18 : Le sport à l’épreuve du feu », film réalisé par Christophe Duchiron et Anne Bettenfeld d’après l’ouvrage de l'auteur.

Cimetière chinois de Noyelles-sur-Mer. Wikipédia.

Samedi 29 avril 2017 : De Tsingtao à la Somme, sur les traces des travailleurs chinois en France dans la Première Guerre mondiale. 

 

Conférence illustrée par Loan Vo Duy, administratrice de la Société historique de Noyon

 

Pour renforcer l’effort de guerre, au cours de l’année 1917 arrivèrent en France 140 000 Chinois recrutés par les Français et les Britanniques, des paysans pauvres et illettrés originaires du nord-est de la Chine. Aujourd’hui, les seules traces visibles de leur passage sont une dizaine de cimetières chinois disséminés dans le nord de la France, dont le plus important se trouve dans la Somme.

Samedi 18 mars 2017 : Après-midi d'études "18 mars 1917 - 18 mars 2017 : Il y a cent ans, la première libération de Noyon".

 

Au lendemain des batailles de Verdun et de la Somme, l'état-major allemand décide de concentrer ses efforts militaires sur le front de l'est et de raccourcir le front occidental en organisant un repli stratégique sur une ligne fortifiée : la ligne Hindenburg. A travers l'intervention de six historiens de l'Oise et de l'Aisne, cet après-midi d'études aborde la préparation et la mise en œuvre du repli Alberich et ses conséquences notamment militaires sur la suite du conflit en Picardie.

 

- L’opération « Alberich » d’après les sources allemandes par Franck Viltart, docteur en histoire

- La transformation du système défensif allemand. L'exemple de la Siegfried-Stellung 1 par Michel Dutoit, vice-président de Patrimoine de la Grande Guerre

- Les civils de l’Oise occupée et le repli Alberich par Jean-Yves Bonnard, président de la Société historique de Noyon

- La découverte et l’étude des ouvrages fortifiés allemands de l’Oise par l’armée française par Didier Guénaff président de Patrimoine de la Grande Guerre

- Les conséquences du retrait allemand sur la future offensive franco-anglaise par Denis Rolland, président de la Société historique de Soissons

- D'Alberich à nos jours, les vestiges de la ligne Hindenburg dans le Saint-Quentinois et le Laferois par Jean-Michel Nowak, secrétaire de Patrimoine de la Grande Guerre.

Pascal Ory - SHASN.

Samedi 10 décembre 2016 :  Comment le Front populaire inventa la « Culture », et ce qu'il en advint.

 

Conférence par Pascal Ory, professeur d'histoire contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

 

Le Front populaire, compris ici non seulement comme une action gouvernementale de seulement deux ans (1936-1938) mais aussi comme un profond mouvement de société, engageant des milliers d’artistes ou de chercheurs, d’éducateurs ou de sportifs, aura été un moment fondateur pour ce qu’on commence précisément à cette époque à appeler « politique culturelle ». De la réforme de la Comédie française à la création du CNRS, du Musée de l’Homme au Festival de Cannes, des Auberges de la jeunesse au Brevet Sportif Populaire : autant d’initiatives qui, jusqu’à nos jours, résonnent encore.

Jacques Bernet - SHASN

Samedi 26 novembre 2016 :  L'architecte compiégnois Jean Stra (1885-1957), acteur de la Reconstruction d'après 1914-1918 dans le Noyonnais.

 

Conférence illustrrée par Jacques Bernet, président de la Société d'Histoire moderne et contemporaine de Compiègne.

 

Né à Paris en 1885, Jean Stra s'est formé aux Beaux Arts de Rouen et a fait ses premières armes auprès de son père Gaston (1858-1914), originaire de Ribécourt et devenu lui-même architecte municipal de Compiègne. Au retour de la Grande Guerre, Jean Stra reprit le cabinet paternel et exerça ses talents de constructeur d'immeubles, maisons et villas dans la ville et ses alentours. Il se spécialisa dans la construction de bâtiments publics, mairies, écoles, bureaux de poste à Compiègne, Margny, Clairoix, Estrées Saint-Denis, réalisant en 1938 le cours complémentaire de la rue Saint-Lazare devenu l'actuel collège Monod. Il a été aussi un fécond architecte de la Reconstruction d'après la Grande Guerre dans l'arrondissement de Compiègne, oeuvrant plus particulièrement à la renaissance de Nampcel, dont il conçut l'ensemble des nouveaux bâtiments publics jusqu'au monument aux morts, et à Beaulieu-les-Fontaines, où il reconstruisit entièrement l'église en 1929, un élégant édifice original adapté au style du pays, à la décoration intérieure particulièrement soignée dans l'esprit Art Déco. Il a aussi travaillé à Attichy, Rethondes, Bitry, tant pour les communes que pour les particuliers jusqu'au milieu des années 1950.

L'oeuvre de cet architecte de talent aujourd'hui bien oublié mérite amplement d'être exhumée, tout en illustrant fort bien les enjeux et les conditions de la Reconstruction d'après 1914-1918 dans notre région.

Vendredi 30 septembre et samedi 1er octobre 2016 : Colloque "L’Oise en guerre (octobre 1914 - mars 1917)".

 

L’objet de ce colloque est d’évoquer cette période de guerre de position durant laquelle, côté français ou côté allemand, les civils et les militaires ont dû apprendre à vivre autrement. Il propose, par le biais d’études de cas et de comparaisons, d’évoquer les particularités du département, ses permanences et ses mutations à la fois dans le court terme (la vie quotidienne) et dans le long terme (mode de vie). Sept thématiques ont ainsi été élaborées pour aborder sous différents aspects le thème titre.

 

Didier Le Fur, docteur en histoire

Samedi 21 mai 2016 : François Ier et sa légende. Conférence par Didier Le Fur, docteur en histoire et spécialiste du XVIe siècle.

 

Roi chevalier et prince modèle de la Renaissance pour les uns, premier roi absolu et chantre de l'intolérance religieuse pour les autres, François Ier n'est plus que légendes dorées ou noires.

Jean-Yves Bonnard, Les communes décorées de l'Oise, Croix de guerre 39/45, Les sentiers de l'histoire, ONAC Oise, 2016

Samedi 27 février 2016 : L'histoire de l'Oise durant la Seconde Guerre mondiale par ses communes décorées de la Croix de Guerre 39/45. Conférence illustrée par Jean-Yves Bonnard, président de la Société Historique, Archéologique et Scientifique de Noyon.

 

Fabrice Retenauer.

19 décembre 2015 : Conférence-bilan sur les recherches archéologiques et les restaurations du patrimoine à Noyon.

 

Pascal Montaubin - SHASN.

21 novembre 2015 : Les hôpitaux de Picardie du Moyen Age à la Révolution. Conférence illustrée de Pascal Montaubin, maître de conférences en histoire médiévale à l'Université de Picardie Jules Verne.

 

Pascal Montaubin présentera le guide de recherche récemment publié contenant les notices des établissements hospitaliers de Picardie dont ceux de Noyon qui ont existé depuis le haut Moyen Age jusqu’à la Révolution.

 

Maquette de la villa gallo-romaine présentée au musée du Noyonnais - SHASN.

7 novembre 2015 : En marge de l’exposition sur La prestigieuse villa gallo-romaine de Noyon qui se tient au musée du Noyonnais jusqu’au 10 janvier 2016, les musées de Noyon proposent une journée d’étude consacrée à la période gallo-romaine dans l’actuel département de l’Oise. Les spécialistes de cette période vous présenteront les recherches et découvertes récentes. 
- "Le Vicus de Noviomagus et le réseau d’aqueduc du Noyonnais, état des connaissances" par Hélène Dulauroy-Lynch, chef du service départemental d’archéologie de l’Oise ;
- "La prestigieuse villa gallo-romaine de Noyon" par Marjolaine de Muylder, responsable d’opération, Inrap ;
- "Catigny : l’exemple d’une villa modeste en territoire Viromanduen" par Virginie Bak, responsable d’opération, Inrap ;
- "Les campagnes gallo-romaines en Picardie" par Jean-Luc Collart, conservateur régional d’archéologie, Drac Picardie ;
- "Les rites funéraires en Picardie gallo-romaine" par Nathalie Soupart, Inrap Nord-Picardie ;
- "L’occupation gallo-romaine et le sanctuaire de la plate-forme de Nesle/Mesnil-Saint-Nicaise" par Aurélie Rousseau, responsable d’opération, Inrap.

 

Guy Marival - SHASN.

17 octobre 2015 : Il y a 100 ans... Automne 1915 : aux origines de la Chanson de Craonne. Conférence illustrée de Guy Marival, ancien chargé de mission auprès du Conseil général de l’Aisne pour le Chemin des Dames.

 

Depuis des années, Guy Marival mène l’enquête sur cette chanson mythique de la Première Guerre mondiale. Pistant la Chanson de Craonne dans les archives de la censure militaire et dans les cahiers de chansons, comparant les versions successives, il a fait plusieurs découvertes surprenantes.

Philippe de Vismes - SHASN.

18 avril 2015 : Alfred Donné, un pionnier de la médecine scientifique. Conférence illustrée de Philippe de Vismes, son arrière-petit-fils.

 

Né à Noyon en 1801, Alfred Donné est connu pour avoir été le premier chercheur en médecine à avoir appliqué la photographie (daguerréotype) aux observations microscopiques. Médecin, savant, journaliste parfois, il fut aussi un homme du monde et un bon vivant qui garda des attaches noyonnaises.

Hélène-Dulauroy-Lynch, Guillaume Lebrun, Virginie Huyard - SHASN.

13 décembre 2014 : Conférence bilan des recherches archéologiques dans le Noyonnais.

 

Le site et l’enceinte Chasséenne de Passel par Nicolas Cayol (INRAP) ;

Le secteur protohistorique (âge de fer) de Passel par Virginie Huyard (Université de Lumière-Lyon 2) ;

Le four à briques en meule de Passel par Guillaume Lebrun (Université Lille 3) ;

La fouille de l’école Weissenburger : l’hôpital général de Noyon (1663-1918) par Hélène Dulauroy-Lynch (SAVN) ; Les relevés des élévations du caveau acoustique : nouvelles données ? par Bénédicte Palazzo-Bertholon (Université de Poitiers).

Gérard Hurpin - SHASN.

29 novembre 2014 : "Un Grand Siècle de fer : Noyon et à sa région au temps de Louis XIV (1643-1715)", par Gérard Hurpin.

 

Peu de contrées ont autant souffert que le Noyonnais par suite des guerres à peu près constantes que Louis XIV soutint de son avènement en 1643 à sa mort en 1715. La population, fermement contenue par sa noblesse militaire, fit face aux épreuves mais il se développa dans la région un climat de violences qui devait marquer durablement la Picardie centrale.

Jean-Yves Bonnard - SHASN.

4 octobre 2014 : "1944, la Libération de l'Oise". Conférence illustrée de Jean-Yves Bonnard.

 

Le 28 août 1944, quelques jours après la Libération de la capitale, les troupes alliées entraient dans le département de l'Oise dans un vaste mouvement vers la frontière belge. La reconquête du département ne se fera pas sans heurts, notamment à Auneuil, Bresles, Compiègne et Noyon, dernière ville libérée le 2 septembre 1944.

Pascal Montaubin.

 26 et 27 septembre 2014 : Colloque "Entrer en guerre dans l'Oise en 1914" à Senlis.

 

Le département de l’Oise a été touché directement, dès les premières semaines du conflit, fin août-début septembre 1914, en subissant de plein fouet l’invasion des troupes allemandes qui se dirigeaient vers Paris et investirent brièvement sa moitié est, jusqu’à Creil, Senlis et Chantilly, avant d’être repoussées par les contre-offensives de l’Ourcq et de la Marne, avec l’épisode marquant de l’arrivée à Nanteuil-le-Haudouin de renforts de la capitale transportés par les célèbres taxis parisiens.


L’objet de ce colloque est d’évoquer cette première année du conflit dans l’Oise en s’intéressant plus particulièrement aux circonstances et aux conditions matérielles, morales, psychologiques… permettant à chacun d’entrer en guerre.
Centenaire 14-18, le Conseil général de l'Oise , l'ONAC, la Ville de Senlis, l'APHG, le CANOPE et un collectif de sociétés historiques de l’Oise : Compiègne (2), Noyon, Senlis, Chantilly (centre culturel), Crépy-en-Valois, Clermont se sont associés pour organiser à Senlis ce colloque.

Jean-Yves Bonnard - SHASN.

 19 avril 2014 : Les préparatifs de la Libération dans l'Oise en 1944, conférence de Jean-Yves Bonnard, Président de la Société Historique, Archéologique et Scientifique de Noyon.

 

Fin 1943 - début 1944, les organisations de résistance de l’Oise s’unissent pour former clandestinement un Comité Départemental de Libération et coordonner leurs actions au sein des Forces Françaises de l’Intérieur (FFI) pour mettre en place des actions de harcèlement des forces allemandes et préparer la transition démocratique dans le département une fois le territoire libéré. Début septembre 1944, les habitants découvrent ces hommes de l’ombre...

Pascal Montaubin.

27  - 28 - 29 mars 2014 : Colloque international : 1994-2014 : 20 années de découvertes de peintures monumentales Bilan et perspectives. Théâtre du Chevalet.

 

La peinture murale est une des formes d’art dont l’étude est potentiellement la plus dynamique. En effet, les décors peints, très souvent cachés pendant des décennies par d’autres décors ou par des badigeons postérieurs, réapparaissent aujourd’hui au gré des travaux. D’autres décors, bien qu’ayant toujours été visibles, avaient été négligés et sont aujourd’hui révélés grâce à de nouvelles études. Le corpus de peintures murales se complète donc chaque année, enrichissant notre patrimoine et réservant aux passionnés comme à un public plus large de belles découvertes. Mais ces œuvres sont fragiles, comme en témoignent les disparitions presque aussi nombreuses que les découvertes, et demandent une attention constante de la part des acteurs de la conservation et de la recherche.

Pascal Montaubin.

26 octobre 2013 : Le bijou au Moyen-âge, conférence de Steeve Mauclert, forgeron orfèvre.

François Beauvy - SHASN.

4 mai 2013 : Philéas Lebesgue, homme de lettres, conférence de François Beauvy, président des Amis de Philéas Lebesgue.

François Beauvy - SHASN.

6 avril 2013 : Nivelle, l'inconnu du Chemin des Dames, conférence de Denis Rolland, président de la Société historique de Soissons.

16 mars 2013 : Hommage à Jean-Pierre Besse.Journée d'études sur l'industrie isarienne et la Seconde Guerre mondiale dans l'Oise Auditorium des Archives départementales de l'Oise à Beauvais.

23 février 2013 : Topographie historique de la ville de Noyon (Ier s ap. JC - début XXIes): étude diachronique et systématique du phénomène urbain, par Julie Gravier, doctorante.

Noyon - SHASN.

13 décembre 2012 : "Des pots de terre dans les murs de pierre : pour une interprétation des poteries acoustiques dans l'architecture médiévale".


Conférence illustrée par Bénédicte Palazzo-Bertholon, Archéologue, chercheur associé, Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation Médiévales (CESCM (UMR 7302), Poitiers ; et Jean-Christophe Valière, Professeur, université de Poitiers, Institut Pprime / CNRS (UPR 3346). Les églises médiévales et modernes, comme celle de Noyon notamment, conservent parfois dans leurs maçonneries, des poteries dont la présence pique la curiosité des observateurs depuis le XIXe siècle. Leur rôle suscite de nombreuses questions auxquelles archéologues et acousticiens ont tenté tour à tour d’apporter des réponses. Les recherches interdisciplinaires menées depuis quelques années sur ce sujet permettent aujourd’hui de dresser un état de la question et de proposer une interprétation sur la raison d’être de ces poteries acoustiques dans l’architecture religieuse.

 

Noyon - SHASN.

8 décembre 2012 : Conférence bilan « une année de recherches archéologiques et de travaux patrimoniaux dans le Noyonnais »


Intervenants : Hélène Dulauroy-Lynch (SAVN), Julie Gravier (SAVN), Virginie Bak (Inrap), Gille Prilaux (Inrap, CSNE). La société historique de Noyon et le service archéologique vous invitent à découvrir les dernières opérations archéologiques et les travaux récents réalisés sur les monuments historiques. Des archéologues du service archéologique de Noyon, de l’INRAP et du Conseil général de l’Oise vous présenteront leurs sites et les résultats de leurs recherches.

Fabien Crinon - SHASN.

1er décembre 2012 : Conférence illustrée "Le conseil municipal de Noyon (10 mai 1940-9 octobre 1940): l'assemblée communale face aux bouleversements", de Fabien Crinon, étudiant en Master II d’histoire contemporaine.

 

Révoquée pour avoir abandonné ses fonctions lors de l’évacuation de mai 1940, la municipalité noyonnaise se réorganise difficilement face à cette grande confusion. La situation demeure fragile jusqu’à la nomination de la délégation spéciale le 9 octobre 1940. La guerre et les débuts de l'Occupation apportent leur lot de difficultés quotidiennes auxquelles sont directement confrontés les élus locaux. L'étude du personnel politique permet de percevoir sur le terrain local les conséquences politiques de la défaite.

Bruno Jurkiewicz - SHASN.

19 mai 2012 : Conférence de Bruno Jurkiewicz, président de "Juin 1918, mémoire des chars": La chute de Montdidier en mars 1918 suivie de l'échec allemand devant Grivesnes.

Bruno Ricard - SHASN.

11 février 2012 : Conférence "De Charlemagne à la Renaissance: langues et graphies de l'écrit médiéval" par Bruno Ricard, directeur des Archives départementales de l'Oise.

Noyon - SHASN.

10 décembre 2011 : Conférence sur "Les opérations archéologiques les plus récentes dans le Noyonnais", présentée par le Service archéologique de la ville de Noyon.

Noyon - SHASN.

3 décembre 2011 : Conférence "Les évêques de Noyon au temps des Lumières" et présentation du tome 40 des mémoires de la SHASN par Jérôme Broissard, professeur d'histoire-géographie, vice-président de la SHASN.

Noyon - SHASN.

5 novembre 2011 : Journée d'études sur la guerre de 1870-1871 dans l'Oise.

 

Dépassant le seul cadre commémoratif, cette journée d’études a pour objectif d’aborder un conflit peu étudié dans l’Oise, département fortement marqué par les deux conflits mondiaux si dévastateurs. Et pourtant, cette guerre eut un fort impact sur les plans militaire, politique, économique mais aussi psychologique. Peu d’études ayant été menées à son sujet depuis l’entre-deux-guerres, cette journée se propose de visiter plusieurs thématiques de cette période historique avec un regard renouvelé sur son déroulement et ses conséquences à différents termes.

Noyon - SHASN.

29 octobre 2011 : Conférence "La chapelle de Hangest de la cathédrale de Noyon" par Arnaud Ybert, historien de l'art.

Noyon - SHASN.

16 septembre 2011 : Présentation du Tome 39 des mémoires de la SHASN en présence des auteurs.

Noyon - SHASN.

12 mars 2011 : Conférence "la fonderie de Noyon, un siècle d'histoire" par Jean-Yves Bonnard, projection et débat.

Jean Lefranc - SHASN.

11 décembre 2010 : Conférence Souvenirs de Jeanne d'Arc dans le Noyonnais et à Beaulieu-les-Fontaines par le Dr Jean Lefranc, vice-président de la SHASN.

Jean-David Desforges, Hélène Dulauroy-Lynch - SHASN.

20 novembre 2010 : Conférence "Bilan des orpérations archéologiques dans le Noyonnais" par Mme Hélène Dulauroy-Lynch, archéologue municipale Conférence "Bilan du sondage archéologique du Canal Seine-Nord Europe dans le Noyonnais" par Jean-David Desforges, archéologue à l'INRAP.

Noyon - SHASN.

24 avril 2010 : Conférence "Les inondations en France et leurs conséquences urbanistiques", par Jean-Yves Bonnard, président de la SHASN.

Noyon - SHASN.

27 février 2010 : Conférence "Le Traité de Noyon (1516)" par le Dr Jean Lefranc, vice-président de la SHASN.

Noyon - SHASN.

27 novembre 2009 : Humanistes chrétiens et protestants du Nord de la France au  16e siècle.

A l’occasion du 500ème anniversaire de la naissance de Jean Calvin, qui met à l’honneur la Picardie comme terre natale du Réformateur, il a semblé necessaire d’élargir l’évocation du plus célèbre des Noyonnais à celle d’autres figures majeures originaires de cette Picardie du 16e siècle, toutes représentants un temps de l’évolution de la Réforme, une attitude singulière face à celle-ci. Ainsi, cette journée d’études ne souhaite pas tant examiner la question du protestantisme en Picardie au 16e siècle, que présenter quelques acteurs incontournables de l’histoire des idées religieuses, contemporains de la Réforme, et tous picards d’origine. La plupart d’entre eux bénéficient toujours, aujourd’hui, de l’attention des chercheurs : chacune des communications de la journée présentera ainsi, en outre, l’actualité scientifique des personnalités étudiées. 

Cécile Huchard, maître de conférences, Université Nancy 2: Simon Goulard (1543-1628), passeur d'histoire(s). Guy Bedouelle, recteur de l'Université catholique de l'Ouest, Angers: Jacques Lefèvre d'Etaples (vers 1460-1538), d'Aristote à la Bible. Ian MacLean, professeur, Université d'Oxford: Pierre de la Ramée (1515-1572). Philippe Chareyre, professeur d'histoire moderne, université de Pau et des Pays de l'Adour: Gérard Roussel (1480-1555). Aurélie Dupont, animatrice de l'architecture et du patrimoine de la ville de Noyon: Les amis noyonnais de Jean Calvin. Jean-François Gilmont, professeur émérite, Université catholique de Louvain:Laurent de Normandie (1516-1569) et la diffusion des écrits de Calvin. Bernard Roussel, directeur d'études émérite, Ecole pratique des Hautes Etudes: Olivétan (vers 1506-1538) et Calvin au temps de l'édition de la Bible de 1535. Benjamin Findinier, directeur des musées de Noyon: Les premiers martyrs réformés du nord de la France.

Noyon - SHASN.

10 octobre 2009 : La "folle journée de l'archéologie", coordonnée par Hélène Dulauroy-Lynch, archéologue municipale de Noyon. Atelier de poterie, initiation à la fouille pour le 6-14 ans: devenez archéologues!, les Compagnons de l'art médiéval présentent la broderie, le tournage du bois, la fabrication d'armes et la vannerie, des films sur la recherche archéologique.

Patrick Binet - SHASN.

3 octobre 2009 : Conférence "La 2e Compagnie du 1er Bataillon de Chars de Combat : Les chars pris au piège sont décimés à Noyon", par Patrick Binet

Noyon - SHASN.

19 et 20 juin 2009 : Colloque "architecture et sculpture gothiques".

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Société historique, archéologique et scientifique de Noyon - Hôtel de ville - Place Bertrand Labarre - 60400 Noyon